X
Dimanche 22 juillet
Peu nuageux
Temp Min : 13 °C
Temp Max : 28 °C
Archives
St Grégoire sous les bourrasques le 12 mars 2008
L'école de Gougnies perpétue les traditions; cette année encore, des classes ont parcouru les rues du village. Des enfants, bien "aérés" par le vent furieux que nous connaissons depuis quelques jours ont sonné aux portes et ont chanté, comme il se doit " Saint Grégoire, c'est aujourd'hui...".
Avis aux courageux: c'est aujourd'hui qu'il fallait semer les oignons...
Pour consulter les sorties de la Saint Grégoire 2007 et 2006, cliquez sur L'actualité de l'école


Cliquez sur les photos pour les agrandir
Gougnies - Saint Grégoire - 12 mars 2008 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Saint Grégoire - 12 mars 2008 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Saint Grégoire - 12 mars 2008 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Saint Grégoire - 12 mars 2008 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Saint Grégoire - 12 mars 2008 - Cliquez pour agrandir
Photos Ben
Retour aux archives

Retour en haut
Commentaires
Par stefan le samedi 15 mars 2008 à 03h24
de mon temps aussi on jouai du triangle certains avaient la tirelire rouge des bombons sugus en forme de boite au letres miniature et d autre un petit panier en osier pour les oeufs on n ezitaent pas a questionnez les personnes agees a se sujet apres avoir bien sure chante la chansonnette elles acceptaient de nous repondre. de retour dans les classes on faisait le partage on contait les sous et monsieur et madame bauffe nous faisaient soit des crepes ou une omelette geante que de bons souvennirs la st gregoire il y avait souvent des omelettes faites d avances dans les rues du village en secouant trop le panier les oeufs volaient en l air et c etait l omlette sur le tarmac avant la fricassee. et je vous en racontrait d autre....
Par Y.Crassinis le vendredi 14 mars 2008 à 16h28
J'apprécie toujours à leur juste valeur les interventions de ''Carly''
Elles sont en général recherchées et pertinentes.
Cette dernière m'apporte en plus un peu de nostalgie , en effet , lors de ma première vie à Gougnies , avant mon exode de 30 ans , des termes comme
'' les grands murs , après la haut , les deux arbres , les longs bonniers '' étaient très usités.
Mis à part ''les grands murs '' on ne parle plus jamais des autres.
Nostalgie , nostalgie , quand tu nous tiens.
Par muriel le jeudi 13 mars 2008 à 18h17
je corrige amaury c'etait trop génial a lala les fautes
Par Ben le jeudi 13 mars 2008 à 09h05
Afin que personne ne manque ce savoureux complément d'information, je copie ci-dessous le commentaire laissé par "Carly" dans la rubrique "Actualité de l'école"

Par carly le mercredi 12 mars 2008 à 22h25
Saint Grégoire c'est aujourd'hui
c'est pourquoi nous sommes ici
pour honorer la fête à oui bien
du plus grand Saint Grégoire si vous m'enrendez bien
et hue, et hô;
in bia p'ti routch chivau ha oui bien
pou met' Grégoire à t'fau si vous m'entendez bien;
è si vo n'donno rin à oui bien,
vo ognons pourrirons si vous m'entendez bien


Saint Grégoire c'est...............

Certaines traditions ont évolués, jadis seuls les gamins avaient le droit de faire le "tour" qui commençait après la messe du matin. Tous les enfants de primaire, garçons et filles devaient apporter un franc belge de l'époque pour financer la messe, le curé ne faisait rien pour rien. Nous défilions en chantant sous la conduite des plus grands garçons dont faisaient partie à l"époque Isidore et Léon Poulain.
En rangs par deux, en tête, celui qui tenait la bourse et un joueur de triangle dont l' "archet" était une pointe de Paris. Au second rang, les porteurs du panier en osier, ( prêté par Théo Nollevaux et garni de paille pour la collecte des oeufs), en serre-file, le second joueur de triangle. Les deux triangles étaient entreposés dans l'année dans l'armoire murale de gauche de l'école des garçons sur la planche la plus haute. A part Ernest Blain, personnne ne pouvait arriver à cette hauteur. On commençait le tour par la Place, la Tourette, le Maka pour faire demi tour à la Turbine et remonter vers le Culot, la Grand route, la Gare, la maison du Grand Fernand et redescendre pour la suite de la rue de Dinant jusqu'au Château, les Fonds en descendant par le "Jardin anglais" et par les " Chipes" la Ferme des Forges ou on mangeait ses tartines " à pature s'il faisait sec ou dans la grange en cas d'intempéries. Après cette pause , on remontait vers la route de Biesme, le premier client de l'après midi étant chez " Jean remy dit Marie Barbe, le père d'Ubger Remy. On coupait alors par derrière Marmor pour aller à la Ferme des Longs Bonniers, on revenait par les "deux arbres" ( je n'en ai jamais connu qu'un) pour faire "après la haut", la rue de Namur, les Hayettes, les Grands Murs et retour sur la Place, le partage se faisant traditionnellement sur le tamis du jeu de balle. Je ne vous dis pas les marchandages pour tomber juste dans les comptes entre les oeufs de poule, ceux d'oie reçus chaque année à la Ferme des Forges et ceux de canard disions nous (canes) au Château Pirmez tout cela sans l'aide de Monsieur le Maître Jules Thiry.

Ma première Saint Grégoire remonte au lundi 13 mars 1950, la veille, avait eu lieu la "Consultation Populaire" au terme d'une campagne électorale tendue entre royalistes et anti royalistes.

Jean C.
Par amaury lotte le mercredi 12 mars 2008 à 18h31
sétè tro genal
Ajoutez un commentaire :
Conditions d'utilisation
Votre nom :

Votre commentaire :
Retour en haut