X
Dimanche 19 novembre
Nuageux
Temp Min : 2 °C
Temp Max : 7 °C
Le sergent-sapeur et sa massue


La masse d'arme était connue depuis la plus haute antiquité en Assyrie aux VIIIe et IXe siècles avant Jésus-Christ.
A la fois sceptre pour les dignitaires et arme pour les soldats, elle était le symbole de la puissance royale et divine.
Elle était en bronze coudé avec un renflement central et garnie au sommet de protubérances représentant des têtes animales.
Le nom du propriétaire était gravé en lettres cunéiformes assyriennes.
Au Moyen Age, elle est constituée d'une masse lourde en fer articulée autour d'un bâton plus ou moins long. Le fer de masse coudé était garni de courtes et épaisses pointes triangulaires appelées "brides" ou "ailettes" en nombre variable 6-9-12-18-22-24.
Elle était une arme de choc par excellence pour les cavaliers mais surtout pour les fantassins.

Au XVe siècle apparaît la dénomination "massue". Tout au long du Moyen Age, la massue n'a cessé d'être affinée et une distinction a été faite entre masse d'arme cérémoniale et de combat.

De nos jours, dans les pays Anglo-Saxons, une masse d'arme cérémoniale symbolisant le pouvoir royal est utilisée à Westminster pour les cérémonies religieuses et lors de sessions du Parlement. Elle est posée sur une table pendant les débats, et en dessous de celle-ci en temps normal.

La massue (1) dans les marches militaires et folkloriques de l'Entre-Sambre et Meuse n'est donc pas une invention des temps modernes. Il n'y aucun rapprochement avec les militaires belges sauf que le « loucet » (2) du sergent-sapeur dans certaines Marches peut être compris par analogie avec la bêche et la hache utilisées par les sapeurs du génie belge pour leur mission de sape qui s'arrêteront en 1918.

Pour rappel, les régiments de Grenadiers belges après 1830 avaient à leur organigramme 12 sapeurs (2 par Compagnie) et un caporal et/ou un sergent à l'Etat-major du régiment.
Faut-il trouver là l'origine du fait que la Compagnie de Gougnies, avant 1950, ne comptait que 12 sapeurs et un sergent ?
Il y avait équilibre entre le « loucet » et la « massue » dans les marches jusque dans les années 50-60. Le « loucet » a pris le dessus par simplification financière et aussi la facilité pour « Sidoler ».
A Gougnies, on peut affirmer sans se tromper que les sergents-sapeurs successifs ont toujours utilisé une massue. Une photo de 1913 tend à confirmer cette affirmation


Cliquez sur les photos pour les agrandir
Gougnies - Cliquez pour agrandir Gougnies - Gougnies_photos_éloquentes_marcheurs_Defresne_Carly - Cliquez pour agrandirGougnies - Cliquez pour agrandir
Les 12 sapeurs en 1913(photo coll. W. Moreau)Camille Defresne (photo famille Carly) et Aimé André (photo coll. Christine et Christian Hébrant)

Rétrospective


Camille Defresne de 1946 à 1951 marchait avec sa propre massue.
Aimé André de 1952 à 1973 a marché avec la massue de son père Emile André sergent-sapeur en 1924.
En 1974, Jean Carly a marché avec la massue d'Aimé André.
De 1975 à 1979, Joseph Baufayt a utilisé la massue de Camille Defresne.
Francis Sodini, fut sergent-sapeur de 1980 à 2003. La première année il a marché avec la massue d'Aimé André ; de 1981 à 1991 avec celle de Camille Defresne ; à partir de 1992, Francis a marché avec sa propre massue, la première usinée par José Paquier. La deuxième par Jean-Marie Pector.
Lorsqu'il a eu la sienne, il utilisait celle de Camille le lundi de Pâques au cassage du verre, à la sortie de l'Ascension, le dimanche et le mardi de Pentecôte.

Cliquez sur la photo pour l'agrandir
Gougnies - Cliquez pour agrandir
Depuis 2004, René Grégoire marche avec sa propre massue.
(montage Arnaud)




Willy Moreau


(1)Une massue est composée d'un cylindre en laiton d'une circonférence de 30 cm et de 40 cm de longueur surmontée au sommet d'une pointe conique de 5 cm. Le cylindre est garni de 3 rangées de 3 pointes coniques dénommées "Ailettes"
Ce cylindre est embouti sur un manche en bois d'une longueur variable suivant la stature du porteur. La longueur totale avoisine 1m10 . Une garniture en tissu cerclée de deux anneaux en laiton est ajustée à l'endroit où se pose la main du porteur.
Dans les années 1970, un ruban blanc était noué à la base de la pointe supérieure.
Les mesures citées sont des mesures standard mais peuvent varier d'un sergent -sapeur à l'autre dans les Marches de l'Entre-Sambre et Meuse mais à Gougnies les dimensions évoquées sont restées identiques depuis 1946
(2) Le "loucet" est une bêche de forme traditionnelle dont la lame est en laiton et le manche enrubanné d'un galon bleu et blanc ou a nos couleurs nationales.

retour en haut
Commentaires
Par Jean le samedi 13 juillet 2013 à 12h03
Bien Willy !
Petit coucou à mon frangin, Pierre, qui est le petit sapeur sous le bras gauche d'Aimé André, sur la photo en couleurs. Héééé oui... Ca ne nous rajeunit pas, hein m'sieurs dames !
Ajoutez un commentaire :
Votre nom :

Votre commentaire :
retour en haut